Indonésie

L’incroyable ascension du Rinjani à Lombok, un trek terriblement difficile

Avec ces trois dernières semaines passées entre Singapour et Bali avec famille et amis, Les Gros Sacs commençaient sérieusement à avoir des goûts de luxe ! Hop, hop, hop, fini les villas, piscines, cocktails et tutti quanti ! On se bouge le derrière et pas qu’un peu : direction le volcan Mont Rinjani à Lombok pour une ascension de folie (rectification de Flo : pour un trek de psychopathe que si j’avais su j’aurai pas venu) de 4 jours et 3 nuits ! En fin d’article, on vous donne plein d’infos pratiques et de conseils pour être le mieux préparé possible pour ce trek !

les Présentations : bonjour Rinjani, ici gros sacs !

Dimanche 14 mai. Nous quittons Ubud au petit matin afin de rejoindre Lombok, l’île d’Indonésie sur lequel sur trouve le Mont Rinjani. Pour cela, on opte pour l’option slow boat (merveilleuse et grande idée) (pour les fauchés).

Quel bonheur ce bateau, aussi appelé « bateau sauna » ! Grosso merdo on a dû perdre chacun 18L d’eau environ durant la traversée (estimation TNS/SOFRES/ODOXA), sans parler des cafards qui se sont bien marrés à nous faire lever de nos sièges tous les quart d’heure pendant 6h !

Chaud

Le Mont Rinjani c’est quoi ?

Attention : minute culturelle ! Pour vous la faire courte, le Mont Rinjani c’est un volcan situé sur l’île de Lombok (en Indonésie donc) culminant à 3 726 mètres (enchanté, nous c’est Les Gros Sacs et on culmine à 1,64M et 1,74M).

Aparté flippante : c’est bien sur le Rinjani que plus de 500 randonneurs se sont retrouvés bloqués récemment suite à un tremblement de terre de magnitude 6,4. On ne vous le souhaite pas ! Du coup, suite à ce tremblement de terre, le trek du Rinjani est fermé au moins jusqu’à début 2019.

On se souvient aussi quand on lisait à propos du Rinjani, on se disait (euh… Flo se disait) : « ouais bon c’est un volcan quoi, tu le grimpes et pis c’est tout, tu veux pas une médaille non plus ». Bon ben après l’avoir fait, on voit la chose différemment (et on aimerait bien une médaille).

On débarque finalement en fin d’après-midi dans le village de Senaru pour notre briefing avec l’agence de trekking Bas Rinjani avec qui nous allons effectuer cette ascension. Nous rencontrons Bas, le père de famille, qui a monté cette agence après avoir été lui-même porteur durant 7 ans. C’est son fils, Parman, qui sera notre guide pour cette ascension.

Le trek du Rinjani en 2, 3 ou 4 jours

Le truc à savoir, c’est que le trek du Mont Rinjani est réalisable sur 2, 3 ou 4 jours, c’est vous qui décidez ! Perso, on opte pour le 4 jours/3 nuits, histoire de ne pas trop mettre à l’épreuve nos corps d’athlètes si bien affûtés. Ca nous permettra d’étaler un peu le programme (la fin uniquement), ce qu’on ne regrette pas du tout aujourd’hui ! Sachez que si vous le faites en 2 ou 3 jours, vous aurez une 2ème journée très (TRES) costaud.

Donc conseil de Gros Sacs : si vous avez le temps, faites le en 4 jours, vous nous remercierez !

Dernière précision : on souhaitait faire ce trek en groupe, mais malheureusement nous sommes les seuls inscrits à ces dates et serons donc seuls (ce qui aura aussi ses avantages).

Le parcours

Voilà à quoi va ressembler le parcours pendant les 4 prochains jours :

  • Jour 1 :
    • Départ de Sembalun (1 156 M)
    • Ascension jusqu’au cratère Sembalun (2 639 M)
  • Jour 2 :
    • Ascension jusqu’au sommet du Rinjani (3 726 M)
    • Re-descente jusqu’au cratère Sembalun (2 639 M)
    • Descente jusqu’au lac du cratère (2 000 M)
  • Jour 3 :
    • Montée jusqu’au cratère Senaru (2 461 M)
    • Descente jusqu’au POS 3 (2 000 M)
  • Jour 4 :
    • Descente et arrivée au village de Senaru (601 M)

Rinjani - Bas Trekking Map

Jour 1 : jusque là tout va bien

Lundi 15 mai. Après un magnifique lever de soleil, on fait connaissance avec l’équipe qui nous accompagnera pour les 4 prochains jours : Parman, notre guide de 22 ans (le fils de Bas), Seneng & Suma (28 ans) les deux porteurs et Adi (17 ans), leur neveu qui est là pour la première fois pour apprendre le métier de ses oncles.

Senaru - Achita Bayan Cottage - Sunrise 2
Rinjani - Jour 1 - AdiAdi, apprenti porteur

On grimpe tous dans la camionnette pour effectuer le trajet jusqu’au point de départ : le village de Sembalun.

Honnêtement, pendant la petite heure de route, on ne fait pas les fiers, on fixe le sommet du Rinjani tout le long sans trop rien dire (façon polie de dire qu’on pense tous les deux « mais qu’est-ce qu’on fout là ?! ») ! Même la route est impressionnante, c’est littéralement les montagnes russes !

8h30, on s’enregistre et c’est parti (mon kiki) ! Le gros avantage d’être seul avec son guide, c’est qu’on peut aller au rythme que l’on veut et ça c’est cool ! Notre guide, Parman est très sympa et pour l’instant on marche sur du plat avec une superbe vue sur le volcan : jusque là tout va bien, tout le monde a la sourire !

Rinjani - Jour 1 - DepartDébut du trek avec notre guide Parman, on a le sourire (pour l’instant) !

Par contre qu’on se le dise, le plat sur ce trek, il est rare alors il faut savoir en profiter ! On arrive vite sur un chemin qui grimpe de plus en plus et ça commence à devenir sérieux, d’autant plus que le soleil commence à cogner sévère !

Rinjani - Jour 1 - Pos 1

L’instant boulet vous est présenté par Anaïs

Mais Anaïs se dit que ce trek va vraiment être trop facile, donc elle rajoute une petite difficulté : le challenge « petit poucet ». C’est à dire qu’elle sème ses affaires ! Flo lui demande où sont ses lunettes de soleil : « oups je les ai oublié quand on a fait une pause il y a 10 minutes ». C’est parti pour un aller/retour cadeau pour Flo sous les regards interrogateurs des gens qu’ils croisent : « tiens à peine 1h de marche qu’il abandonne déjà celui-là » !

FLASH INFO : on me dit dans l’oreillette que ce sauvetage de lunettes aura été totalement inutile puisque la petite Anaïs les a re-perdu une 2ème fois quelques jours plus tard. FIN DU FLASH INFO BOULET !
FLASH INFO BIS
: la petite Anaïs dit bien haut et fort dans l’oreillette du petit Flo qu’elle ne les a pas perdu, mais que ses lunettes ont bien été volées alors la prochaine fois il réfléchira avant de l’engueuler comme du poisson pourri en lui disant qu’elle ne prend pas soin de ses affaires. FIN DU FLASH INFO REGLAGE DE COMPTE !

I was right

les porteurs, ces surhommes

Après quelques heures de marche, on peut déjà faire un constat : les porteurs sont vraiment incroyables ! Nous sommes bien équipés : chaussures et bâtons de marche, léger sac à dos… et on est déjà en difficulté. Eux sont en tongs, avec des paniers de 50 kilos sur le dos et ils vont environ 1000 fois plus vite que nous (c’est-à-dire qu’ils partent après nous, arrivent avant nous et quand on débarque le camp est monté et ton repas est en train de mijoter).

Cela faisait partie des choses que l’on avait lues un paquet de fois sans vraiment réaliser ce que cela représentait, mais une fois que vous avez vu ce que ces gens accomplissent, vous comprenez vraiment. Un seul mot : respect (en fait un deuxième aussi : merci) !

Rinjani - Porteur 3

Rinjani - Porteur 1

La dernière partie de la journée est vraiment corsée : ça grimpe sévèrement pendant longtemps, trèsss longtemps et avec de moins en moins de visibilité! On en profite pour demander à notre guide à quoi ressemblera l’ascension du sommet (on essaie de se rassurer comme on peut) et il nous annonce avec le sourire que ça sera encore bien plus pentu et plus dur ! Ah bon ?! Parce que c’est possible ça ?!

Rinjani - Jour 1 - Brouillard

On dirait pas comme ça, mais ça grimpe vraiment !

15h45 : on arrive au camp de base (#MazelTov) ! Comme nous étions seuls avec notre guide, nous avons pu nous arrêter aussi souvent qu’on le souhaitait (soit pour prendre une photo, soit pour essayer de ne pas décéder) et ça nous a surtout permis de pouvoir marcher à notre rythme et ça les amis ça n’a pas de prix !

On arrive donc sans être encore au bout de notre vie et on est plutôt content ! Seul hic, les nuages sont de la partie et on ne voit rien ! Petite frustration, on est quand même à 2 500 mètres d’altitude et on se dit que la vue doit être un chouia sympatoche. On se console avec l’invasion de singes sur le camp qui se passe sous nos yeux !

Rinjani - Jour 1 - Camp
Rinjani - Jour 1 - Camp - Singes

On a bien mérité notre séance de récupération : sieste dans notre 5 étoiles 😉

1h plus tard, on nous réveille pour dîner et là… magie ! On ouvre la tente et plus un seul nuage en vue, mais un panorama à couper le souffle ! Le cratère et son lac (le Segara Anak) s’offrent à nous sous un coucher de soleil incroyable et nous n’avons jamais été aussi proches du sommet du Mont Rinjani !

Rinjani - Jour 2 - Camp - Chambre avec Vue

On peut vous dire que ça envoie déjà du pâté et qu’à ce moment là tu sais pourquoi tu t’es fait mal pendant 7h ! On contemple le spectacle en mangeant un excellent curry préparé par notre chef-porteur, oui, car en plus d’être une machine, il cuisine aussi trop bien (prends en de la graine Flo) !

Rinjani - Jour 1 - Sunset 5
Rinjani - Jour 1 - Diner - Curry

18h30 : le soleil s’est couché, Parman nous briefe pour l’ascension du sommet de cette nuit et on s’écroule dans notre tente.

Oui oui, vous avez bien lu « cette nuit » ! Après 7h de trek la première journée, vous allez dormir un peu et vous lever très tôt dans la nuit pour aller au sommet du Rinjani !

Jour 2 : ascension du sommet, bienvenue en enfer !

Mardi 16 mai. 2h00 du matin, le réveil sonne, la nuit a été courte ! Flo est au fond du seau (un bon 8/10 sur l’échelle diarrhéique nauséo- migraineuse, on est sur un sans faute), heureusement qu’Anaïs est sur-motivée !

On s’enfronte (= mettre sa frontale), on enfile nos habits les plus chauds et c’est parti mon kiki (expression connue par 99% des guides indonésiens, Anaïs est aux anges). Flo en chie comme pas permis (mais il serre les fesses, qu’on soit clair, pas de fuites), tandis qu’Anaïs gambade tranquillement !

ahhhhFlo

that's too easyAnaïs

Globalement l’ascension au sommet du Mont Rinjani est divisée en 3 parties.

La première partie de l’ascension : ça grimpe

La première partie grimpe fortement pendant une heure. Ca réveille rapidement ! Et vous n’y voyez pas grand chose (mais ça c’est une chance, vous verrez ensuite pourquoi) ! Vous suivez un peu à l’aveugle la longe file de frontales devant vous qui éclaire faiblement le chemin dans la nuit.

Quelques franchissements un peu périlleux, mais encore une fois, vu le faible éclairage, on ne s’en rend pas trop compte !

Durée de cette première partie : environ une heure d’ascension.

La deuxième partie de l’ascension : on respire

La seconde est plus longue et moins compliquée (mais quand même bien relou) avec le vide de chaque côté pendant une heure également (heureusement qu’il fait nuit et qu’on ne voit pas les précipices de malade de chaque côté).

On est globalement sur du plat donc on peut reprendre un peu son souffle et ses forces avant d’attaquer la dernière partie.

Rinjani - Jour 2 - Summit View 2Fin de la partie 2, et début de la partie 3 sur le sable volcanique (en gris plus haut)

La troisième partie de l’ascension : on décède

Finalement, la dernière partie c’est le clou du spectacle : 300 mètres avec un dénivelé inimaginable dans du sable volcanique pendant une heure (oui, oui, 300 mètres en une heure, on vous laisse imaginer l’inclinaison de la pente) !

Enfin, on fait même mieux que vous laissez imaginer ! On vous met une photo prise d’en bas pour que vous vous rendiez compte ! La 3ème partie, c’est là où ça commence à grimper. Alors, ça calme pas un peu !?

Rinjani - Jour 3 - Summit View

Cette dernière partie nous paraît sans fin avec le froid qui nous glace les doigts de pied au fur et à mesure de la montée. Imaginez la montée de l’Everest par -8000°, et ben pour nous ça parait identique à ce moment là (euh… Flo pousse un peu pépé dans les orties, même si on s’est quand même rarement autant pelé les miches).

Rinjani - Jour 2 - Summit View 1Bon ben concrètement, faut pas glisser quoi !

On a les pieds qui s’enfoncent inexorablement dans ce put*** de sable noir et on a l’impression de ne pas avancer. On n’aperçoit que les faisceaux lumineux des frontales devant et derrière nous. Notre guide nous annonce régulièrement le temps qu’il nous reste mais perso (Flo) j’entends ça à chaque fois : « vous avez avancé de 12 mètres en 30 minutes, c’est bien, on sera au sommet d’ici la fin de l’année ».

tortueVoilà ce que ça donnait…

Sur les coups de 5h30 (vu le froid, autant vous dire qu’on n’a pas été vérifié exactement), on aperçoit les premières lueurs du soleil. L’horizon se dessine en nuances de rouges orangés, c’est magnifique, mais on n’est pas encore arrivés ! Pas grave, on s’était dit que l’objectif c’était surtout d’arriver en haut, tant pis si on n’y est pas pour le lever du soleil. Ce moment là est aussi jouissif qu’il est difficile (Anaïs’ speaking) !

Après 3h30 d’efforts (et 18 envies d’abandon de Flo) on y est (#Joie #Bonheur) !

Rinjani - Jour 2 - Sommet AnaisToute pimpante
Rinjani - Jour 2 - Sommet Flo 1Le beau sourire pour la photo

Rinjani - Jour 2 - Sommet Flo 2Mais en fait c’est plutôt ça l’état d’esprit !

On n’a franchement jamais rien connu d’aussi dur (rectification : Anaïs a trouvé ça facile), (faux : c’était dur, mais je n’ai pas vécu cette ascension comme une souffrance). Bordel ce que ça caille ! On se pose un peu, on prend quelques photos et quelques forces avant de redescendre. On ne s’éternise pas vu la température et puis il y a quand même pas mal de monde !

Rinjani - Jour 2 - Sommet - Sunrise 2

Oui il y a du monde sur le trek du Rinjani

Aparté sur le monde au Rinjani : oui il y a du monde qui fait cette ascension tous les jours.

En revanche, nous n’avons pas trouvé ça oppressant ou dérangeant (on aurait quand même bien claqué le type avec son drone au sommet qui gâchait la vue et nous cassait les oreilles pendant le lever de soleil).

Chacun va à son rythme, on double, on se fait doubler, il y a de la place pour tout le monde. Les camps aussi sont très bien organisés et on n’a pas l’impression d’être au camping des Flots Bleus. Il y a même un super esprit d’entraide, tout le monde s’encourage ! On est tous dans la même galère quoi (ben si en fait c’est comme au camping des Flots Bleus) !

La vue au sommet fait incontestablement partie des plus beaux panoramas qu’on ait eu la chance de voir jusqu’à présent ! On aperçoit le volcan Barujari qui fume, entouré du lac Segara Anak. On vous laisse juger…

Rinjani - Jour 2 - Crater 2

Bon ben faut redescendre maintenant !

Toutefois, comme on vous l’a dit, ça caille et pas qu’un peu, donc après une demi heure de contemplation, on prend le chemin du retour. Et oui, une fois en haut, il n’y a pas de toboggan pour revenir directement dans sa tente (idée à soumettre) ! Il faut redescendre par le même chemin et c’est tout aussi compliqué parce que ça glisse (mais c’est quand même plus marrant, surtout quand Flo se vautre) !

Rinjani - Jour 2 - Descente Flo ChuteJ’ai glissé chef

Il faut tout de même facilement 2h30 pour arriver jusqu’au camp. Enfin ça c’est pour nous ! Pour ceux qu’on a vu le faire en courant, ça a du être plié en une heure ! Mais on n’est pas très joueurs ! Surtout qu’il fait jour et que l’on se rend compte de ce que l’on a grimpé de nuit… et on voit donc le vide de part et d’autre tout le long du chemin…

Et ben heureusement que la lumière était éteinte (dixit le mec qui à le vertige) ! Le paysage est vraiment incroyable et on a vraiment pris le temps de l’apprécier à la descente.

Rinjani - Jour 2 - Descente - PeopleBon ben à gauche c’est le vide, et à droite bennn c’est le vide quoi !

Le plus impressionnant reste encore de se retourner et de contempler l’inclinaison de la pente qui mène au sommet. Ca paraît surréaliste quand on la voit, on se demande comment on a pu faire ça, mais on l’a fait !

Rinjani - Jour 2 - Sommet Descente FloTrès important le planté de bâton !
Rinjani - Jour 2 - Flo DescenteOn se répète : inclinaison de fou et le vide à côté !
Rinjani - Jour 2 - Ascension Sommet 2Et cette toute petite crête, et ben c’est le chemin de la partie 2 de l’ascension !

Sur le chemin du retour, quelques familles de singes nous font la hola au bord du vide 😉

Rinjani - Jour 2 - Crater - Monkey 1

Rinjani - Jour 2 - Descente - Les Gros SacsQuand tu fais semblant d’être en forme mais que tes yeux te trahissent

Rinjani - Jour 2 - Crater - Monkey 3

On arrive au camp sous les hourras de la foule (véridique, la preuve en vidéo) (même eux ne croyaient pas qu’on y arriverait).

Comme d’habitude, on s’occupe de nous comme des rois et notre petit-déjeuner nous attend ! Sandwichs et bananes frites ! Avant d’aller s’écrouler dans notre tente, on demande à Parman notre guide combien d’heures de sieste on a devant nous et celui-ci nous répond avec le sourire : « euh… on y va dans 15 minutes les gars ! Ca ira ? ».

what

Euh… Attend un peu (oui avec l’altitude, ça prend plus de temps pour monter au cerveau), laisse-nous résumer ! On s’est levé à 2h00 du matin, on s’est tapé 3h30 d’ascension, 2h30 de descente, et là tu veux qu’on enchaîne avec 2h30 de marche, c’est bien ça ?! Parce que si c’est bien ça, laisse nous te dire que ça ne va pas être possible (bon en fait on aura pas trop le choix) ! On parvient tout de même à négocier 30 minutes de sieste en rab au lieu de 15mn… grosse victoire !

Info utile pour l’ascension du sommet : on monte au sommet et on revient au camp avant de continuer le chemin et ce quelque soit la durée de votre trek. Vous pouvez donc laisser un maximum d’affaires dans votre tente pour avoir votre sac le plus léger possible jusqu’au sommet.

Rinjani - Jour 2 - Summit View 3

Jour 2 : après l’ascension, la descente dans le cratère

30 minutes plus tard, il faut donc repartir pour 2h30 de descente dans le cratère du volcan Barujari jusqu’au lac Segara Anak où nous attend notre prochain camp de base.

Et là, ça devient plus très drôle. Surtout quand ces 2h30 se transforment en plus de 4h ! Il faut dire que nos corps ont déjà bien été mis à rude épreuve avec l’ascension et la descente du sommet et que la fatigue commence à se faire ressentir.

Rinjani - Jour 2 - Descente Cratere FloPuis-je avoir une médaille pour mon style ?

De plus, la descente du cratère jusqu’au lac est assez raide et se fait le long de grosses roches. Parfois, on est plus en mode escalade que marche. Et bien sûr on fait tout ça la tête dans les nuages avec une visibilité ultra mauvaise.

Rinjani - Jour 1 - Nuage

On n’est pas hyper rassurés et surtout bien fatigués, donc on prend notre temps. Franchement pas une partie de plaisir cette descente (clairement la pire partie du trek pour nous).

Rinjani - Jour 2 - Descente Cratere Tree

Rinjani - Jour 3 - Cratere Senaru View

Au bout de 4h20 de marche, on aperçoit enfin le lac ! On se dit que le bonheur n’est plus très loin (bonheur = enlever ses chaussures) !

Attention ascenseur émotionnel, vous êtes prêts ? Parman nous signifie que notre camp à nous est plus à l’ouest du lac, qu’il faut encore marcher 20 minutes, et qu’il faut traverser une rivière pour l’atteindre. Alors là, Anaïs n’est pas contente du tout (euh… bon d’accord j’avoue que là, la fatigue a fait ressortir mon côté râleuse. Mais bon pour ma défense, on t’annonce 2h30 de marche, t’es déjà à plus de 4h, tu t’en est tapé 6 le matin, alors bon c’est vrai que même si t’es plus à 20mn près t’es pas non plus en mode yes ouai youpi encore 20mn) !

Ca nous rappelle fortement le trek au Myanmar avec la traversée de la rivière qui n’était pas prévue également ! Bon au moins, traverser cette rivière nous aura un peu décapé les pieds qui étaient noirs de crasse (ceux de Flo, les miens étaient parfaits) !

On boucle ces 20 dernières minutes de marche le long de la rivière avec des passages en mode « tombera, tombera pas dans l’eau » ! Et on s’écroule sous la tente ! A ce moment là, on est au bout de notre vie.  Mais on est aussi content d’avoir choisi l’option 4 jours pour ce trek et de dormir au bord du lac, car ceux qui n’ont que 3 jours doivent encore se faire 3h de marche pour remonter le cratère qu’ils viennent de descendre ! Il est 15h00, on marche depuis 2h00 du matin, on n’aimerait franchement pas être à leur place !

Rinjani - Jour 2 - Arrivee Lac Cratere

On profite d’un bon repas au bord du lac complètement dans le brouillard. Parman nous briefe sur l’itinéraire du lendemain : 7h de marche au total pour remonter le cratère et redescendre assez pour se faire ravitailler en nourriture.

Comme cette journée nous a bien usé, on lui demande d’étaler équitablement le reste du chemin sur nos deux derniers jours, ce qu’il fait sans souci ! Avant d’aller se coucher, on profite d’un ciel étoilé comme on en a jamais vu !

Jour 3 : 4 jambes portées disparues

Mercredi 17 mai. Le réveil au bord du lac avec une vue complètement dégagée sur le volcan Barujari et sur le Rinjani, ce n’est franchement pas moche du tout ! C’est même plutôt le kiffe !

Rinjani - Jour 3 - Lac Cratere - Lever AnaisForme olympique
Rinjani - Jour 3 - Lac Cratere - Sunrise

Le seul mot qu’on peut prononcer au réveil c’est : aïe ! Les courbatures des 2 derniers jours viennent de faire leur apparition ! On n’a jamais autant réalisé que ce jour là qu’on avait des cuisses  !

Rinjani - Jour 3 - JumpQuand y’en a encore un des deux qui est motivé !

Vu notre dégaine au petit-déjeuner, Parman nous réaménage encore le programme du jour pour que ça ne soit pas un calvaire ! On aura juste 2h30 de montée au sommet du cratère puis 1h30 de descente. Ca parait faisable 🙂

Aparté sur Parman notre guide (de l’agence Bas Rinjani) : il a vraiment été au top, notamment parce qu’il a adapté le programme en fonction de notre forme et de nos envies. On pouvait s’arrêter dès qu’on le souhaitait pour faire une pause (et des fois c’était toutes les 15 minutes dans les parties vraiment difficiles), pour prendre des photos ou tout simplement profiter du paysage. Il a suivi notre rythme ce qui est l’un des gros avantages d’être seul avec son guide. On pense qu’on aurait peut-être plus souffert en groupe (euh… Flo demande si c’est possible de ne plus souffrir). On vous recommande franchement de demander Parman comme guide si il est dispo et si vous faites le trek avec Bas Rinjani !

Remonter le cratère

Une fois les muscles chauffés, on prend vraiment notre pied ! C’est maintenant 100% plaisir ! 2h30 d’ascension assez raide avec régulièrement quelques petites portions d’escalade, mais toujours avec une vue splendide. On se demande toujours comment on a fait pour aller tout là haut tellement c’est pentu, c’est irréel !

L’arrivée au sommet du cratère est top, la vue est dégagée, on se régale une dernière fois avant d’entamer la descente vers Senaru, le village où nous finirons ce trek.

Rinjani - Jour 3 - Crater View 1
Rinjani - Jour 3 - Cratere Senaru Anais
Rinjani - Jour 3 - Cratere Senaru View

Rinjani - Jour 3 - Cratere Senaru - Nuage AnaisTu crois qu’elles sont là toutes les photos qu’on sauvegarde dans le cloud ? #HumourPasDrole

Et on redescend !

La 2ème partie de journée est beaucoup moins marrante (quoi que…) ! C’est de la descente sur des chemins très glissants (de la pierre recouverte de sable) et c’est épuisant.

On vous dit même pas l’allure qu’on avait en descendant surtout en étant obligé de forcer sur nos cuisses, les muscles les plus douloureux de notre corps ! Au bout d’un moment, quand les passages sont vraiment trop chauds (assez souvent donc), on lâche l’affaire et on se met carrément sur les fesses en mode toboggan et en avant Guingamp !

On ne vous raconte même pas la tête des gens qui eux montaient ! Bon le point positif, c’est que ça ne dure qu’une heure et demie. Au final, la journée reste soft bien que nos courbatures nous fassent un mal de chien ! Ce qui ne manquera pas de devenir un petit jeu sadique entre nous : 1, 2, 3 je te touche la cuisse !

Rinjani - Jour 3 - Sunset 2

Aparté journée trois. Un point à préciser aussi ici. Comme nous avons opté pour un trek avec un jour de plus que la plupart des gens, à partir de la journée trois on ne croise plus personne sur la route. Quelques porteurs de temps en temps ou quelques grimpeurs faisant l’ascension en sens inverse depuis Sembalun ! On a vraiment été que tous les trois ce qui était aussi plutôt cool. Encore un argument en faveur du trek de 4 jours !

Rinjani - Jour 3 - CampA droite notre tente, à gauche les toilettes, à ne pas confondre !

Jour 4 : fin du trek, un lit et une douche SVP !

Jeudi 18 mai. Dernier jour de ce trek ! On se lève heureux mais quand même avec l’envie d’en finir (et surtout de prendre une bonne douche et de retrouver un lit douillet).

Cette dernière journée est un vrai plaisir comparé à ce que l’on a enduré les 3 autres jours ! Ce n’est que de la descente dans la jungle (bon on dit jungle parce c’est comme ça qu’on dit ici, mais c’est une forêt quoi).

Le chemin est pentu, mais peu glissant, la seule difficulté est de lever assez les pieds pour ne pas se prendre une racine (ce qui n’est pas toujours évident) ! On retrouve même une patate d’enfer sur une portion de 30 minutes que l’on fait presque en courant !

La fatigue est là, mais le sentiment d’être presque arrivés nous booste ! On a même le droit à quelques black monkeys dans les arbres qui nous félicitent et ça y est on voit enfin le panneau indiquant la sortie du parc national du Rinjani, ce qui signifie qu’ON L’A FAIT ! MAZELTOVVVVVVVVVVVV !

Rinjani - Jour 4 - Jungle

Rinjani - Jour 4 - Arrival RegistrationJe soussigné être décédé environ 8 fois et déclare solennellement que je ne reviendrai jamais.

Bon après ça il reste encore un peu plus de 30 minutes de marche. Sauf que voilà… comme on avait les MEILLEURS porteurs de toute la terre mesdames et mesdames, ces derniers qui étaient déjà arrivés (bien avant nous of course) sont venus nous chercher en scooter pour nous épargner le reste de la route et nous ramener directement à l’agence. Vous n’imaginez même pas le niveau de gratitude qu’on a pour eux à ce moment là ! Encore chapeau !

Rinjani - Jour 4 - Photo du Bonheur

Voilà, c’est ainsi que s’achèvent nos 4 jours de trek de l’ascension du Mont Rinjani, fait de joies, de souffrances et de paysages magnifiques (et aussi de souffrances, on l’a déjà dit ?).

La douche qui fait plaisir mais pas plaisir !

Pour la petite histoire, après 4 jours de trek sans te laver, une fois arrivé tu ne rêves que d’une chose : une bonne douche chaude !

Ouais, sauf que pour le coup, ce n’est pas tout à fait comme ça que ça se passe pour nous ! Déjà, le niveau de propreté de la chambre (Hôtel D’Praya à côté de l’aéroport de Lombok) atteint presque le zéro. Et pour la première fois du voyage on demande à ce qu’on nous change de chambre (ho faut pas pousser, on est arrivés crado, mais quand même) !

Direction donc la douche et là… pas d’eau chaude ! Flo ne tient plus et s’attèle quand même à la tache sous l’eau froide, oui parce que y’a du boulot ! Tandis qu’Anaïs fait des pieds et des mains avec l’accueil pour rétablir l’eau chaude (j’allais quand même pas prendre une douche froide non mais…) !

Résultat : ils coupent carrément l’eau pile quand Flo est plein de savon et de shampoing… 1h à attendre comme ça qu’ils remettent l’eau (chaude cette fois). Bref on aura bien mérité notre nuit de repos !

Quelques précisions sur le trek du Rinjani

On vous liste pêle-mêle quelques infos que l’on ne savait pas où mettre, mais qui nous semble important de préciser :

  • La nourriture : c’est un point qui peut inquiéter quand on part dans ce genre d’expédition. On a été complètement bluffé par la nourriture qui nous a été servie. Non seulement elle était bonne et en quantité, mais en plus la présentation était soignée (bien plus que dans la plupart des restaurants/cantines où l’on a l’habitude de manger en Asie) ! On a notamment eu le droit à : un chicken curry, des légumes sautés sauce cacahuète, du poisson grillé (pêché directement dans le lac sous nos yeux), des pancakes à la banane, des banane frites, etc… De plus, notre guide avait toujours des snacks pour nous sur la route !
  • L’hygiène : nous avions une tente toilette pour pouvoir faire nos besoins. Bon en gros c’est une tente avec un trou dans le sol (suffisant pour avoir son intimité). Pour la douche en revanche vous pouvez oublier !
  • Les porteurs : on en a déjà parlé, mais ça nous parait important d’en remettre une couche. Ils font vraiment un travail très difficile (même si ça paraît simple quand on les voit faire). Il font le même parcours que nous en tongs en portant une charge énorme sur leurs épaules. Ils imposent vraiment le respect et on leur doit tout, car sans eux, impossible de rejoindre le sommet. Pour info, le salaire journalier d’un porteur sur le Rinjani est de 155 000 roupies (10€) et pour un guide il est des 200 000 roupies (13€).
  • Les déchets : malheureusement, on a trouvé le site très sale globalement. Beaucoup de déchets jonchent le parcours et les camps. Les singes qui viennent sans cesse retourner les poubelles sont en partie responsables.  Mais, on retrouve quand même beaucoup de papiers de bonbons, barres chocolatées, pansements etc… par terre. C’est dommage :/ On nous a dit cependant qu’il y avait une équipe qui s’occupait de nettoyer le site (grâce au droit d’entrée que chaque personne doit payer pour entrer dans le parc national du Rinjani).

Notre équipement et nos conseils pour le mont rinjani

Voici ce que nous avions dans nos sacs et nos quelques conseils :

  • 1 bonne paire de chaussures de rando/trail/trek. Oubliez les baskets, c’est déjà assez dur comme ça !
  • Des bâtons de marche : TRES IMPORTANT, vos meilleurs amis ! Ils nous ont sauvé un paquet de fois de la chute et ils vous feront économiser beaucoup d’énergie. Votre agence vous en prêtera. Pour ma part (Anaïs) je pense que je n’y serais pas arrivé sans !
  • 3 paires de chaussettes (1 seule utilisée, mais à prévoir en cas de pluie ou si vous êtes sensibles aux fortes odeurs :d) et des sous vêtements (Anaïs conseille fortement le soutien gorge de sport)
  • Un pantalon (Flo en avait un léger et un chaud spécifiquement pour le sommet).
  • Un legging/collant pour mettre sous le pantalon le jour du sommet (et la nuit).
  • Un t-shirt pour la journée (1 de rechange peut être bien si vous voulez être au sec). Conseil : un t-shirt technique de sport c’est vraiment pratique, ça sèche très vite. Flo avait ça et il était toujours au sec 30mn après l’arrivée.
  • Un t-shirt chaud/manches longues (pour le jour du sommet et la nuit).
  • Une doudoune ou polaire (avec capuche sinon prévoir bonnet ou bandeau).
  • Un coupe vent imperméable (pour le sommet, ça souffle là haut, et pour la pluie si vous n’avez pas de chance).
  • Des gants (pour le sommet).
  • Des lunettes de soleil.
  • Un bandeau.
  • De la crème solaire.
  • Des lingettes et du gel hydro alcoolique (vous nous direz merci quand vous verrez l’état de vos mains en fin de journée).
  • Baume à lèvres si vous êtes sensibles au froid.
  • Beaucoup de gâteaux et barres d’énergie genre snickers (on en a pété 10 en 24h), des bonbons sucrés genre mentos ou caramel pour la dose de sucre en continu 🙂 (Anaïs : les mentos m’ont sauvé plus d’une fois à défaut de pouvoir trouver autre chose).
  • Un sac étanche (on mettait nos habits dedans la nuit pour éviter qu’ils prennent l’humidité).

Conclusion : le Rinjani c’est pas de la tarte !

On avait déjà grimpé l’Everest 8 fois dans la même journée, fait 24h d’apnée dans l’antarctique ou encore escaladé la tour Eiffel les yeux fermés, mais là on a quand même bien repoussé nos limites. Ca tombe bien, c’était le but et on en est plutôt fiers (c’est à ce moment que vous nous remettez notre médaille merci).

Pour être un peu plus sérieux (pas longtemps ne vous inquiétez pas), il faut être un poil préparé et avoir un gros mental ! Et encore une fois, si vous avez le temps, prenez l’option 4 jours, ça rendra le tout moins rude !

L’incroyable ascension du Rinjani à Lombok, un trek terriblement difficile
5 (100%) 5 votes

Informations pratiques : agence, prix et formules

Le Rinjani peut se faire sur 2, 3 ou 4 jours comme nous vous l’expliquions avec ou sans le sommet. Si l’ascension du sommet ne vous dit rien ou si vous n’avez tout simplement pas assez de temps, il y a des alternatives sympas. Par exemple : le trek de 2 jours/1 nuit au départ de Senaru, qui vous fera dormir au sommet du cratère avec une magnifique vue sur le site avec un niveau de difficulté plutôt bas (5/10 sur l’échelle des Gros Sacs).

Pour choisir votre agence de trekking, vous avez différentes manières de faire : réserver en ligne à l’avance, aller sur place à Senaru ou Sembalun (et dans bien d’autres villes sur Lombok) et choisir l’agence qui vous plaît le plus. Comparez bien (cf liste plus bas) ce que chacun propose et faites le choix qui vous correspond le plus.

Pour notre part, nous avons effectué ce trek en partenariat avec l’agence Bas Rinjani. Après ces 4 jours, on ne peut que vous les recommander pour toutes les raisons énumérées dans cet article !

Mise à jour du 05/10/2017 : suite à plusieurs retours mitigés de lecteurs quant aux prestations de l’agence Bas Rinjani, nous modérons notre recommandation (bien que notre expérience à nous ait été au top, il semblerait que ça ne soit pas le cas pour tout le monde).

Voici les formules qu’ils proposent et leurs tarifs (pour un groupe de 6 personnes ou plus) :

  • 2 jours / 1 nuits : 145$ par personne
  • 3 jours / 2 nuits : 160$ par personne
  • 4 jours / 3 nuits : 200$ par personne (comptez 230 à 250$ si vous n’êtes que 1 ou 2 personnes)

Les prix sont dégressifs : plus il y a de monde, moins c’est cher.

Et la bonne nouvelle maintenant : si vous dites que vous venez de notre part, vous aurez le droit à 10% de réduction 😉

Update du 05/07/17 : l’agence m’informe que le prix de l’entrée dans le parc du Rinjani a augmenté au 1er juillet 2017 tout comme les salaires des porteurs et leur assurance. Il se peut donc que les tarifs des packages augmentent. N’hésitez pas à nous faire des retours si vous partez avec eux pour que l’on mette à jour.

Ces tarifs comprennent les services suivants :

  • Venir vous chercher à l’aéroport ou au port d’arrivée (voir même sur les îles Gili ou autres lieux touristiques)
  • Logement la veille du trek à Senaru
  • Repas de bienvenue la veille du trek
  • Visite d’une cascade la veille du trek (si vous n’arrivez pas trop tard)
  • Petit-déjeuner le matin du trek avant le départ
  • Taxi jusqu’où vous voulez après le trek
  • Les frais d’entrée au parc du Rinjani (10€/jour/personne)
  • Tous les repas pendant le trek
  • De l’eau (en bouteille) tout le long du trek, et autres boissons (coca, sprite, jus d’orange, thé, café etc…)
  • L’équipement de camping (tente, matelas, sac de couchage, tente toilette etc…)

Pour contacter Bas Rinjani : basrinjani02@gmail.com. Vous pouvez aussi jeter un oeil à leur site, leur page Facebook ou encore leur compte Instagram !

Bonus : le Mont Rinjani vu du ciel !

Rinjani - Avion

Vous en voulez encore ?

Recevez une alerte à chaque publication d’un nouvel article. Renseignez votre email et cliquez sur « Je m’abonne », on s’occupe du reste 😉

best of photos
Indonésie - Lombok - Rinjani

 

Vous aimerez peut-être aussi

28 Commentaires

  • Répondre
    Julie
    18 juin 2017 at 14 h 00 min

    Eh ben, bravo, sacré trek! Un bel accomplissement 🙂
    J’ai bien l’intention de le faire un jour, même si j’avoue que le coup des déchets décourage un peu. J’ai lu des histoires horribles, avec des odeurs insoutenables, les montagnes de déchets qui s’amoncèlent sur toute la longueur du sentier… Mais il paraît qu’il y a des agences qui s’engagent à ne laisser aucun déchet sur place… Et qu’effectivement des groupes nettoient régulièrement la montagne (j’avais vu une photo avec toutes les tonnes de plastique ramassées! C’était impressionnant).

    En tout cas, très chouette récit, rempli d’humour en dépit de la difficulté! Merci beaucoup, et j’espère que vous avez pris le temps de vous reposer après!! 😉

    Bonne suite au magnifique pays des koalas et crocos de mer 😉

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      19 juin 2017 at 1 h 07 min

      Merci Julie 😉 C’était effectivement sale mais pas au point qu’il y ait des odeurs insoutenables 😉 Et oui on s’est bien reposé après 😀

    • Répondre
      Patisa
      23 novembre 2018 at 21 h 42 min

      Bravo les gros sacs!
      Pour tempérer un peu la réputation de difficulté on l a fait en 2000 avec nos gamins sur 3 jourss
      Nous avions laisse notre fille de 10 ans dans la tenté au camp a 2700m le temps d’aller au sommet sans problème avec notre fils de 10 ans a l epoque les batons ça se faisait pas
      Souvenir dune remontee bien raide pour ressortir du cratere mais surtout ouie ouie la descente le 3eme jour
      On est quand même redescendu assez tôt pour reprendre dans la foulee , mais bien crados, un bateau le soir pour gili air
      Donc si les porteurs nous semblent des surhommes c’est peut être que le niveau physique moyen des touristes occidentaux est assez heuu.. modeste !😐

      • Répondre
        Les Gros Sacs
        4 décembre 2018 at 9 h 17 min

        Hello et merci pour ton feedback ! Même si je ne suis pas tout à fait d’accord ! Vous avez surtout un fils qui est très courageux j’ai l’impression ! Certes le niveau du touriste moyen (dont on fait partie) n’est pas forcément exceptionnel mais ça reste une ascension exigeante physiquement et éprouvante ! Pas infaisable, mais loin d’être une balade de santé !

  • Répondre
    happy Virginie
    18 juin 2017 at 22 h 46 min

    oh la la la !!!mais quel courage ! rien que de vous lire et alors que je suis vautrée dans mon canap’ je suis EPUISEE !! chapeau bas les Gros sacs ! vous avez assuré ;_)

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      19 juin 2017 at 1 h 05 min

      Hehe merci :p Le canapé c’est pas mal aussi comme discipline, on est clients !

  • Répondre
    Angélique
    19 juin 2017 at 8 h 47 min

    Je vous ai découvert en cours de route, mais depuis je me régale à vous suivre dans vos aventures !!! J’adore le ton décalé et l’humour cultivé dans vos récits.
    BRAVO pour cette ascension épique… J’ai souffert en lisant 🙂 ! C’est quoi le prochain gros défi ???

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 juin 2017 at 0 h 21 min

      Merci Angélique 😉 Euhhh le prochain gros défi, si ça peut être à base de bière, de mojito et de chaise longue, ça me va très bien !

  • Répondre
    Aurore
    19 juin 2017 at 10 h 57 min

    C’est le 2ème témoignage que je lis de l’ascension de ce volcan, et l’autre article indiquait un niveau de souffrance proche du votre. Je ne crois pas que je serais capable de le faire. J’ai pu faire un trek à Chiang Mai, une seule journée de marche, mais j’ai cru mourir d’une crise de panique et de la fatigue …
    Bravo à vous les gros sacs !!!

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      21 juin 2017 at 14 h 48 min

      C’est faisable mais c’est franchement pas une balade de santé ! On est quand même beaucoup mieux actuellement dans un canapé à digérer notre 2ème tartiflette de la semaine !

  • Répondre
    Les carnets de Flo
    21 juin 2017 at 19 h 19 min

    Félicitations ! Cependant très peu pour moi Haha. Je vais plutôt aller à la plage… 😁😁 J’ai deux amies qui m’ont également raconté leurs ascension, l’une n’est pas arrivé au sommet, l’autre à réussit mais m’a dit « plus jamais ! » en rigolant. Une fois pas deux.
    Je pense pour ma part que je vais me contenter de votre joli récit et de vos photos Haha.

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      22 juin 2017 at 10 h 36 min

      Haha j’avoue que c’est surement mieux à lire depuis son canap’ avec un bon burger :p

  • Répondre
    Partir un jour
    27 juin 2017 at 13 h 39 min

    Sublime et effectivement très difficile comme ascension ! Bravo à vous ! J’espère pouvoir le faire lors de mon prochain voyage à Bali

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      28 juin 2017 at 7 h 29 min

      Merciiiii 🙂
      En tout cas, nous on le recommande les yeux fermés (enfin pas trop quand même) !

  • Répondre
    Dorothée
    13 juillet 2017 at 18 h 14 min

    You made it to the home page!
    https://www.rinjanisenarutrekking.com/

  • Répondre
    OZL
    16 août 2017 at 14 h 54 min

    Bonjour,
    Merci beaucoup de votre article. Mon mari et moi partons en Indonésie très bientôt et nous pensons à faire l’ascension de Rinjani (oui oui toujours, même après vous avoir lu 😀 ). Je voulais savoir comment vous avez fait pour vos sacs à dos? Nous aurons nos grands sacs à dos avec nous (55lt chacun). On aura des plus petits sacs à dos qu’on va utiliser lors que nous déplaçons sur place. On ne souhaite pas payer l’hôtel juste pour les sacs quand on sera à haut. Vous pensez que c’est possible de les laisser à l’agence? On peut faire confiance? Merci d’avance!

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      16 août 2017 at 15 h 21 min

      Hello,

      Vous êtes masos lol ! Non on rigole, vous allez vous régaler !
      Pour vos gros backpacks, oui vous pouvez les laisser à l’agence, tout le monde fait ça.
      Nous on met tous dans notre cover plane et sous cadenas.

      Vous nous raconterez votre ascension ok ?!

      Bon voyage !

      • Répondre
        OZL
        16 août 2017 at 19 h 31 min

        Ah génial! Car je me voyais pas du tout la faire avec 55 lt 🙂 Yep, je vous dirais comment ça s’est passé ! ^^ Merci beaucoup !

  • Répondre
    Marine
    21 septembre 2017 at 16 h 52 min

    Hello!
    J’en reviens tout juste, l’enfer sur terre! Ou plutot à 3726m… Je vous rejoins sur presque tous les points, interminable le trajet pour atteindre le sommet et perso rien à faire du sunrise, c’est arriver au bout qui m’intéressait ! On est aussi parti avec Bas on n’a pas payé le même prix mais on n’a clairement pas eu la même prestation non plus …
    Marine

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 septembre 2017 at 22 h 18 min

      Hello Marine et félicitations, on sait ce que tu as vécu, tu es une warrior !

  • Répondre
    Trekking Rinjani
    20 février 2018 at 15 h 11 min

    Bonjour les gars. C’était une expérience merveilleuse. félicitation!

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      23 février 2018 at 14 h 45 min

      Merci !

  • Répondre
    Samuel lepage
    26 mars 2018 at 9 h 48 min

    Ca l air d une belle autoroute comparé a agung hier….3000m d ascention et 3000 de descente en u e journée de 12 h dans la jungle et la roche.j ai bien hate de voir rinjani je pars labas demain .je pense la faire en solo en 2-3 jours.mais merci de partager votre expérience!!!!

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      27 mars 2018 at 16 h 58 min

      Tu nous diras après avoir fait le Rinjani ce que tu en penses 😉 En solo par contre il va falloir être costaud pour porter tout son matos pour dormir + la nourriture.

  • Répondre
    Lola
    8 avril 2018 at 22 h 38 min

    Bonjour !
    Super trek ça fait peur mais vous nous donnez très envie ! Nous allons le tester en juillet et partir sur un format plutôt de 4 jours suite à votre récit ça nous semble beaucoup plus raisonnable 🙂
    Deux petites questions vous nous conseillez de le réserver sur place ou à l’avance ? Et après le 4eme jour est-ce qu’il y a le temps de retourner sur Bali où l’arrivée se fait assez tard et il faut rester sur lombock ? Merci beaucoup, hâte de lire vos autres aventures !

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      9 avril 2018 at 8 h 17 min

      Bonjour Lola, joli challenge que vous vous fixez ! Vous pouvez réserver sur place mais il faudra arriver au moins la veille pour faire votre choix ! Et je vous conseille de vous renseigner un peu avant sur les agences pour en prendre une fiable. De tête, le 4ème jour nous étions arrivés vers midi grosso modo. Je n’ai par contre plus aucune idée des horaires des bateaux mais je pense que c’est gérable avec l’agence 😉 Bonne chance et venez nous racontez comment ça c’est passé après !

  • Répondre
    Cornelia
    4 novembre 2018 at 23 h 33 min

    Félicitations! Excellente description de cette super aventure (oui super mais 3 jours plus tard ) 🙂 j ‘ai fait ce treck en juillet 2017 sur 3 jours et j’ai cru mourir le jour de l’ascension . moi forte et sportive 😅 eh bien , j’ai vite compris que c’était loin d’une jolie balade . Malheureusement j’ai pas eu un bon groupe , c’etait chacun pour sois, bien dommage . L’ascension je l’ai faite seule , le guide était tout le longue avec une trekeuse qui avait du mal … mais bon, on a besoin de personne pour souffrir 😱Après la descente suis partie sur gilli A et ce fut une très longue journée, j’avais honte de mon look clochard à l’arrivee à l’hotel 😜
    Première pensée une fois remise de mes émotions était « je suis complètement folle d’avoir fait ce treck (c’était mon premier), puis deux jours plus tard j’ai ressenti une grande fierté . Sincèrement, c’est à vivre au moins une fois dans sa vie . Ben du coup le treck au Kilimanjaro me fait de l’oeil ….
    merci pour cette belle lecture pleine d’humour et bonne chance à tous ceux qui souhaite le faire .

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      7 novembre 2018 at 19 h 20 min

      Hello Cornelia, arf dommage pour le groupe et le « non guide », c’est vrai que ça peut tout changer niveau ressenti, surtout sur 3 jours ! Déjà que c’est pas une partie de plaisir en étant bien accompagné ! Tu as 2 fois plus de mérites du coup ! Ahah le look après un trek c’est toujours marrant ! Cette bonne couleur brune que prend l’eau quand on se douche ! Rohhh chutttttt, ne parle pas de Kilimanjaro, Anaïs va revenir me souler avec ça sinon !!!

    Laisser un commentaire