Argentine

La boucle sud de Salta en passant par Cafayate

Il est temps de quitter Mendoza et de mettre à nouveau le cap sur Salta pour y découvrir maintenant sa région sud.

Nouveau record !

Mercredi 13 septembre. Mercredi 13 ou la journée de la mort ! Nous allons battre notre record d’heure de bus : 19 fuc**** heures ! Alors là on a tout prévu : les ordi sont chargés à bloc, les films aussi, on a de la bouffe pour 4 jours (on sait jamais ce qui peut se passer hein) et on prie pour qu’il n’y ait pas une énième grève ! 12h30 c’est parti mon kiki ! Au bout de 30 minutes seulement, gerbounette pour Anaïs qui ne la quittera pas jusqu’à Salta le lendemain ! Et bien sûr, on a plus de cachet anti mal des transports sur nous ! Ca serait trop facile sinon ! Bref, on a fait 19h de bus (aucun mioche relou à signaler, juste une nana qui pense qu’à 2h00 du mat’ ça nous fait kiffer d’entendre ses notifications WhatsApp toutes les 5 secondes… CONNASSE) !

Oh miracle ! 

Jeudi 14 septembre. On arrive à Salta au petit matin, aussi frais qu’un lendemain de cuite ! Ha oui, aussi, information importante qu’on avait légèrement omis dans nos plans : on tombe en plein durant la célébration de la Fiesta de la Virgen del Milagro, dont l’apogée est demain ! C’est THE fiesta ! Des pèlerins arrivent de toute la région pour célébrer Marie ! Et c’est pas juste quelques pèlerins, non ! C’est 800.000 ! On ne déconne pas ! La ville est pleine à craquer ! Rien à voir avec la Salta d’il y a quelques semaines ! C’est très sympa ! Après une petite sieste, on se dirige au centre ville pour régler quelques paperasses à l’agence de location et on tombe en plein sur les processions de pèlerins ! Du jamais vu pour nous ! Une ambiance de dingue ! On se croirait au match de dimanche à Mendoza ! Faut dire que les mecs ils marchent depuis plusieurs jours, tu m’étonnes qu’ils sont contents d’arriver ! Ils sont accueillis sous les applaudissements de la foule et avec des fleurs ! Enfin bref, on va pas continuer à s’enflammer, mais c’était vraiment génial ! On nous a même pris pour des pèlerins avec notre dégaine ! Véridique !

Salta - Fiesta Virgen Milagro
Salta - Fiesta Virgen Milagro Drapeau

Jour 1 : direction Cachi et Molinos 

Vendredi 15 septembre. Comme lors de notre première venue à Salta, Sergio nous livre notre voiture à l’hôtel avec carte et explications à l’appui ! Royal car on n’a pas aussi bien préparé ce mini road trip que le premier ! C’est donc parti pour 3 jours avec bibiche (laissons donc Anaïs donner ce surnom ridicule à la voiture, ça lui fait vraiment plaisir) ! Au programme, une petite boucle de Salta à Salta en passant par Cafayate pour découvrir la région des Vallées Calchaquíes.

Aujourd’hui, l’objectif est de rejoindre Molinos en passant par le petit village de Cachi. Alors, pour les amateurs (oui, oui, on sait que vous êtes là), il s’agit de la route des vins (encore une). Ayant déjà donné à Mendoza, on se contente de déguster par nous-même à chaque repas ! La route est très sympa et on a encore le droit à des montagnes très colorées tout au long de la quebrada de Escoipe.

Salta Sud - Vallee coloree
Salta Sud - Route Verte
Salta Sud - Montagne rouge

On prend ensuite un peu d’altitude sur une belle route en lacet dans la Cuesta del Obispo (pas de blagues, merci) jusqu’au Col de Piedra del Molino où on se les pèle désormais sévère à 3348M ! Après quoi, toujours sur la Ruta 33 on change radicalement de paysage en redescendant sur un immense plateau rempli de millier de cactus à perte de vue : c’est la Cachi Pampa dans le parc national Los Cordones ! C’est juste magnifique !

Salta Sud - Route sinueuse
Salta Sud - Route et Nuages
Salta Sud - Montagnes et Cactus
Salta Sud - Desert de cactus

On finit par arriver dans le petit village de Cachi en début d’après-midi. On s’installe en terrasse pour profiter du soleil au Café Oliver et se faire un bon plat de pâtes de maison accompagné de vin évidemment, on n’est pas des touristes non plus (ah, on nous dit dans l’oreillette que si) !

Cachi - Resto Bar Oliver
Cachi

On reprend ensuite la route direction Molinos, notre ville étape du soir ! A notre arrivée, tout le village est réuni dans la rue où se déroule une messe. Bien évidemment, on ne trouve pas âme qui vive dans aucun des hôtels que nous visitons pour trouver une chambre. Normal puisque tout le monde est à la messe ! Par chance, quelqu’un sort de l’hôtel devant lequel nous avons décidé de patienter le temps de la cérémonie et il s’agit du propriétaire. Il nous annonce qu’aujourd’hui, tout est fermé dans le village, y compris son hôtel. Ca commence à sentir le pâté comme on dit chez nous ! Malgré tout, Manolo accepte de nous loger (il a donné congé à tous ses employés et est censé être de repos aussi) ! Le coeur sur la main, il nous fera même à manger le soir pour qu’on ne meure pas de faim puisqu’aucun restaurant n’est ouvert !

Jour 2 : de Molinos à Cafayate 

Samedi 16 septembre. Aujourd’hui, on doit se faire un peu moins de 200km sur la très célèbre Ruta 40 (fameuse route qui traverse toute l’Argentine) pour rejoindre Cafayate ! On n’attend pas franchement grand chose de cette route, on ne sait rien à son propos car dans ce road trip tout le monde parle surtout de la Ruta 68 de Cafayate à Salta. Au final, on n’est pas déçu ! Du début à la fin les paysages sont superbes ! La route, enfin si on peut appeler ça une route, est merdique ! Tape-cul tout du long ! C’est incroyable ! D’un côté de la route le paysage est sec et aride et de l’autre côté tout est vert ! On croise des bodegas magnifiques avec à l’arrière plan des montagnes multicolores ! On fait un stop au Corte El Cañon, un point de vue extra pour finir dans la très belle quebrada Las Flechas.

Salta Sud - Voiture et Montagne
Salta Sud - Flechas
Salta Sud - Piste
Salta Sud - Rochers

Joyeux anniversaire !

Avant de rentrer dans Cafayate, on fait un stop au Patios de Cafayate, le restaurant de la bodega El Esteco. Ca sera le cadeau d’anniversaire de Flo ! Le restaurant est dans un superbe cadre : au milieu d’un grand jardin avec piscine et montagnes en arrière plan. C’est magnifique. Et que dire de la viande… un orgasme culinaire ! Elle arrive encore en train de cuire sur une pierre chaude avec une sauce au beurre fondante sur le dessus. On en salive encore rien que d’écrire ces lignes ! Le tout accompagné d’une bonne sangria et de vin évidemment. Encore merci (pour la 1000ème fois) aux copains de Keep Time For Blabla pour ce super plan ! Bon, of course, on est loin du budget backpacker (300ARS, soit 15€ pour la viande) mais si vous voulez vous faire plaisir, c’est le bon endroit.

Cafayate - Patios de Cafayate

Cafayate - Patios de Cafayate Viande
Cafayate - Patios de Cafayate Sangria

A Cafayate, le charme opère directement. Ca ressemble à Salta en plus petit. On en profite pour faire la rencontre de Denis, autour d’une bonne bière artisanale, qui suit notre blog et qui lui voyage depuis bientôt deux ans, chapeau l’artiste ! On loge à l’hostal Kallpa, à 50 mètres de la place centrale, un super endroit, hyper confortable avec des gérants très sympathiques.

Cafayate - Cathedrale
Cafayate - Hostal Kallpa

Jour 3 : Ruta 68 de Cafayate à Salta

Dimanche 17 septembre. On s’enfile notre petit-déjeuner et on se balade un peu dans Cafayate avant de reprendre la route. Aujourd’hui on rejoint Salta par la route 68 en traversant la magnifique Quebrada de las Conchas, qui nous dévoile à chaque kilomètre ses trésors et sa beauté.

Salta Sud - Chapelle
Juste à la sortie de Cafayate, on commence en prenant un petit chemin pour rejoindre Los Médanos, de grandes dunes de sable en plein milieu des montagnes. Un peu comme à Mui Né au Vietnam, on a l’impression d’être ailleurs ! Manque juste la plage !
Salta - Los Medanos
On traverse des paysages grandioses dignes du Grand Canyon. La route passe entre d’énormes rochers, c’est un régal de conduire ici ! On passe par Los Castillos, puis Las Ventanas et El Obelisco. A chaque fois, un spectacle incroyable avec des paysages changeants. On se croirait sur la route 66 (oui bon OK, on n’a jamais pris la route 66 mais c’est comme ça qu’on l’imagine en tout cas !).
Salta Sud - Route dans le desert
Salta Sud - Pena El Caracol
Salta Sud - Montagne Flo
Cette journée se passe donc à merveille jusque là, on en prend plein les yeux… mais ça c’était jusqu’à ce qu’on arrive à La Yesera.

Et là, c’est le drame !

La Yesera, c’est censé être le point d’orgue de la journée. On nous a montré des photos avec des gens sur cette dune en nous conseillant de faire cette petite balade. On s’engage donc sur un chemin bien caillouteux et on laisse la voiture là où ça n’est plus possible d’avancer. On finit à pied jusqu’au pied de la Yesera. De là, on nous a dit d’aller nous balader à gauche et à droite du gros caillou pour voir deux points de vue différents.
Salta Sud - La Yesera 2
Ca grimpe sévère mais on se jette comme des gamins dans cette montée, qui nous paraît raide mais sans plus. Arrivés en haut, on est essoufflés comme pas permis, on s’assoit sur le rebord de la dune, on se retourne… et là c’est le drame !!!
Salta Sud - La Yesera
On se rend compte que l’on vient de faire une énorme connerie bien dangereuse comme il faut :/ Dans la précipitation, on n’a pas fait gaffe mais cette pente que l’on a montée paraît impossible à redescendre. C’est bien trop abrupte, ça glisse comme pas permis et si on dérape ou chute, on nous retrouvera cent mètres plus bas… sachant que la pente est farcie de cailloux hyper tranchants (de l’espèce d’ardoise). Bref, on devient tout blancs et on réfléchit à comment se sortir de ce merdier (enfin Flo réfléchit pendant qu’Anaïs crie tout fort que l’on va mourir ici). Flo essaye de regarder de tous les côtés de la dune pour voir s’il y a un chemin un peu moins escarpé… mais malheureusement, à chaque flanc qu’il regarde c’est encore pire. Ca commence à sentir le sapin. Anaïs décrète : « tu vas chercher des secours et tu reviens me chercher ». « D’accord, pas de soucis, j’y vais de suite, j’ai juste un léger soucis : je ne sais pas non plus comment je vais redescendre !!! ».

Déjà, Flo se déleste de sa bouteille d’eau pour se « faciliter » la tâche. Pas une super idée, on la voit dégringoler la pente à toute vitesse et s’écraser en contrebas ! Bon, Flo part à droite et à gauche de la crête pour voir par où il va pouvoir descendre. Il revient 5 minutes plus tard en disant qu’il a trouvé un chemin moins pire que tous les autres et qu’on va pouvoir s’en sortir par là ! La suite, c’est 30 minutes de descente centimètre par centimètre sur le cul en essayant de ne pas glisser. Pas une partie de plaisir mais on arrive finalement en bas avec un énorme frayeur (et le pantalon d’Anaïs complètement troué). Ne reproduisez donc pas ça chez vous les amis ! Les Gros Sacs ont été bien stupides sur ce coup. On est bien refroidi mais on reprend nos esprits pour continuer la route.

On passe par le point de vue Tres Cruces qui offre encore une fois une vue magnifique. Ensuite, on arrive à l’Anfiteatro, un immense trou dans la roche dans lequel on peut pénétrer, c’est impressionnant ! Et pour finir, la Garganta del diablo ! Bon, sauf que pour accéder au fond de la Garganta del diablo, il faut faire un peu d’escalade… Et franchement, on a eu notre dose de sensations fortes pour la journée donc on s’en passera !
Salta Sud - Anfiteatro
La suite c’est une interminable route jusqu’à Salta, pourtant à peine 100 bornes, mais qui nous ont paru une éternité ! On est bien content d’arriver et de nous poser à l’hôtel Colonial en plein centre, d’aller manger un bout et de nous coucher après tant d’émotions !
Salta Sud - Ligne droite
Salta - Hotel Colonial
Salta - Hotel Colonial Chambre

Bref, si on oublie notre grosse frayeur, c’est une portion de route magnifique qui vaut à elle seul le détour ! Franchement, ne manquez pas cet endroit incroyable !

Lundi 18 septembre. C’est notre dernier jour à Salta. On profite du beau soleil pour se balader tranquillement dans la ville puis le soir, nous prendrons notre bus de nuit pour rejoindre la Bolivie. A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Infos Pratiques

Transports

  • Bus de Mendoza à Salta : 1.186 ARS (58€). Durée : 19h (c’est long) !
  • A Salta – Location de voiture avec DAS Rent A Car. Contactez Sergio soit par mail à sergiojimenez@dasrentacar.net soit par WhatsApp au +54 9 387 440 3852. Il est hyper sympa et c’est le moins cher qu’on ait trouvé dans la ville. 700$ (35€) par jour pour une Chevrolet classic (il y a plus petit et moins cher si dispo). Il y avait autoradio, bluetooth, clim, chauffage, bref tout ce qu’il faut ! Et il vous livre la voiture à l’hôtel avec cartes et explications.

dodo

  • A Salta :
    • Hostal La Salamanca : 700 ARS (35€) la chambre double avec SDB privée et PDJ. Tout était complet à cette date donc pas trop le choix. Accueil sympa, chambre basique, PDJ léger (mais avec croissants !).
    • Hotel Colonial : 1840 ARS (90€) la chambre double avec SDB et PDJ buffet. C’est grand luxe (style ancien), en plein sur la place centrale. Après notre grosse frayeur, on avait besoin de ça ! Cet hôtel nous a été offert.
  • A Cachi – El Rancho de Manolo : 600 ARS (30€) la chambre double avec PDJ. L’endroit est top, super confortable et le PDJ nikel. Sans oublier la gentillesse de Manolo.
  • A Cafayate – Hostal Kallpa : 780 ARS (38€) la chambre double avec PDJ. Encore une fois, une adresse très confortable avec proprio adorables située à 50 mètres de la place centrale. Cet hôtel nous a été offert.

En réservant via ces liens, vous ne payez pas plus cher et vous nous permettez de toucher une petite commission pour que l’on puisse voyager et vous faire rire encore longtemps (mais ne le dites pas à nos mamans !)

food

  • A Cachi – Café Oliver : on recommande pour les pâtes mais pas pour les glaces !
  • A Cafayate – Patios de Cafayate : à l’entrée de la ville, on y accède pour une longue allée car c’est l’annexe de la bodega El Esteco. Le cadre est somptueux à l’extérieur : vous mangez dans le jardin, à côté de la piscine avec la vue sur les montagnes. La viande est excellente, le vin et la sangria aussi d’ailleurs ! Budget++ par contre, c’était pour les 30 ans de Flo ! Comptez 300 ARS (15€) le morceau de viande (mais qui vaut vraiment le coup) !

Prix par personne (sauf pour le logement qui est toujours pour une chambre double… tant que l’on sera en bons termes !)

Vous en voulez encore ?

Abonnez vous à notre newsletter. Renseignez votre email et cliquez sur « Je m’abonne », on s’occupe du reste 😉

Vous aimerez peut-être aussi

14 Commentaires

  • Répondre
    Aurore
    23 octobre 2017 at 11 h 26 min

    Mis comment vous avez réussi à monter ?
    Bon c’est sur que parfois ça parait bien plus abrupt quand il s’agit de faire dans l’autre sens ( à Santorin j’ai eu qq difficultés à descendre, alors que monter c’était FASTOCHE!)
    Bonne journée à vous deux !

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 octobre 2017 at 16 h 06 min

      C’est ça, quand on grimpe on ne se rend pas compte de suite…jusqu’à ce qu’on se retourne.. et là c’est le drame !

  • Répondre
    Denis
    23 octobre 2017 at 22 h 58 min

    Hé hé, je suis en guest-star sur cet article! 😉

    Sinon, oui la ruta 40 est très belle jusqu’à Cafayate, mais comme vous le dites la ruta 68 est vraiment 1 voire même 2 crans au dessus, il faut vraiment faire la ballade dans cet ordre et garder la 68 pour la fin pour ne pas être déçu.
    Bonne route! 🙂

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 octobre 2017 at 16 h 09 min

      Hehe c’est clair !

  • Répondre
    Ketribou
    25 octobre 2017 at 9 h 18 min

    Olala comme je vous comprends il nous est arrivé exactement la même chose sur la muraille de Chine en voulant escalader une partie de la muraille à l’abandon, perdue au milieu de nulle part. Nous, on s’en est rendu compte au milieu de la montée: impossible de redescendre !! On a dû escalader jusqu’en haut pendant 3 longues heures puis redescendre sur les fesses a un autre endroit en se rattrapant aux branches d’arbres etc…l’horreur !!
    Petit détail non négligeable: c’était une rando « familiale » conseillée par le lonely planet 😄 On pense qu’ils n’avaient pas du y aller depuis des années !

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 octobre 2017 at 16 h 10 min

      Merci de nous rassurer, on n’est donc pas les seuls à faire ce genre de conneries :p

  • Répondre
    lpierre isabelle lancelot
    25 octobre 2017 at 9 h 57 min

    Bonjour les gros sacs ,

    De notre fauteuil nous suivons vos aventures et avec l’article sur Salta vous venez de réveiller des souvenirs et oui nous sommes passés par là avec nos vélos…trop beau !
    bonne continuation
    isabelle et pierre

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 octobre 2017 at 16 h 11 min

      Hello les pros du 2 roues ! Comment allez-vous depuis ? Tout va bien à Nantes ? Et oui la région de Salta c’est vraiment magnifique !

  • Répondre
    Anne
    25 octobre 2017 at 19 h 57 min

    Votre aventure est très bien racontée! Félicitations!
    J’ai tellement ri pour votre mésaventure (tout est bien qui finit bien).

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      26 octobre 2017 at 16 h 11 min

      C’est moche de rigoler de nos malheurs ! Allez on te pardonne va !

      • Répondre
        Anne
        27 octobre 2017 at 2 h 59 min

        J’espère que cela va s’arrêter car je vous suis aussi sur facebook!
        On ne prend plus d’autostoppeur! Courage!

  • Répondre
    Clément
    5 janvier 2018 at 0 h 35 min

    Salut Les Gros Sacs !
    On se projette dans notre mois de voyage dans le nord ouest de l’Argentine. Après avoir lu pas mal de trucs, la location de voiture nous semble être la meilleure solution pour visiter Salta et sa région. Vu qu’on a une tente (du moins elle est censée être actuellement au camping sous la pluie, en espérant qu’on ne nous la pique pas) est-ce que c’est possible de combiner location de voiture + camping sauvage ? Ça serait vraiment top pour le kiff et le budget 🙂

    Daïnah & Clément

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      5 janvier 2018 at 13 h 49 min

      Hello Clément, alors pour le camping sauvage, on ne pourra pas trop te renseigner, nous ne sommes vraiment pas calés sur le sujet du camping (et encore moins sur le camping sauvage). Peut-être que les amis de Novo-Monde (spécialistes du camping en tout genre) seront plus calés sur le sujet, allez leur poser la question (cf leurs articles : https://www.novo-monde.com/argentine/), ils sont super sympas 😉

    • Répondre
      Les Gros Sacs
      9 janvier 2018 at 15 h 02 min

      Hello Clément, je te copie/colle la réponse reçue d’un couple de baroudeurs à vélo qui connait bien le sujet : « En voilà une question qu’elle est bonne ! eh oui il n’y a pas de problème pour faire du camping sauvage au nord de l’argentine .Ne pas hésiter a demander dans les fermes pour planter sa tente .En principe on vous met a dispo les sanitaires des ouvriers agricoles et si vous êtes très chanceux vous repartez avec quelques bouteilles de vins…pour nous c’était dans nos sacoches vélo ! »

    Laisser un commentaire